Skip to content

Agra – Varanasi, épisode ४

29 juin 2010
Première sortie à Varanasi: nous descendons vers le Manikarnika Ghat, juste en dessous de l’hôtel (ghatघाट, veut dire marches). Il s’agit du lieu où sont brulés les corps des personnes décédées. Un homme, âgé, le crâne rasé, nous invite à nous approcher. Nous hésitons, mais « no business, no money » nous promet-il… Un corps, drapé de rouge et d’or, passe, soulevé par quatre porteur. Il est trempé dans le Ganges. L’homme nous montre un bûcher dans lequel on aperçoit clairement au milieu des flammes et des charbons ardents une tête et un torse carbonisés. Puis, il nous montre le feux éternel, à côté duquel est planté un trident de Shiva, et nous explique qu’il s’occupe d’un lieu où des pauvres attendent la mort… et qu’il veut une donation. Nous nous sommes fait avoir! Comme je m’apprête à lui donner un billet, il m’arrête et m’annonce vouloir 150 Rs., c’est le prix du bois pour les crémations. Il insiste… beaucoup… mais ne s’en sort qu’avec 30 Rs. Échaudés par cet épisode, nous nous enfonçons dans les petites rues, en refusant toutes les sollicitations. Nous arrivons vers les ghats principaux. Vers 19h30, comme tous les soirs, commence la cérémonie du Ganga aarti: sept jeunes Indiens, tous des hommes habillés en rose, descendent vers le fleuve et remontent s’installer sur un promontoire. Pendant une heure, ils chantent, puis agitent différents ustensiles (de l’encens, un flambeau, des plumes de paon) vers le fleuve et la foule au sons de cloches agitées par des fidèles (et d’un tambour-cloche électrique automatique à côté duquel j’ai eu la mauvaise idée de m’installer). La foule, les sons… l’atmosphère est très particulière. Même pour quelqu’un d’habitude aussi insensible que moi aux expressions de foi…
Après la cérémonie, nous repartons dans les petites rues pour dîner au son de musique classique indienne, puis slalomant entre les vaches, nous rentrons vers l’hôtel. Je m’aperçois d’ailleurs en rentrant que j’ai marché dans une bouse… Il faut savoir que la bouse de la vache indienne ne ressemble pas tout à fait à celle de la vache normande: ici, la nourriture principale des vaches, tout comme celle des chiens, singes, cochons, rats, ce sont en effet les ordures… Pour information, c’était le pied gauche.
Publicités
One Comment leave one →

Trackbacks

  1. Bestiaire « Sat Sri Akaal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :