Skip to content

Amritsar

16 mai 2010
Départ en bus finalement, plutôt qu’en train comme prévu. Arrivée à Amritsar – « the Golden City » comme nous annonce un panneau de la gare routière – vers 12h après un passage par Jalandhar. En fait de golden, il n’y a vraiment que le Temple: tout autour ce n’est qu’enchevètrement de petites rues et de grandes avenues au trafic très… indien. Après avoir déposé nos affaires dans le dortoir « étrangers » de la guesthouse du Temple (seulement deux lits diponibles, les autres dormiront par terre, à l’hôtel ou à même le sol dans le Temple), direction un restaurant (masala mushrooms!). Puis visite du Temple d’Or, le lieux le plus sacré du sikhisme. Il s’agit d’un grand bâtiment carré de marbre blanc qui entoure un bassin dans lequel nagent d’énormes carpes. Le Temple d’Or est au milieu, relié à une berge par un pont. Des gens marchent, prient, se prennent en photo ou font la queue pour accéder au pont. Certains se baignent dans les eaux sombres du bassin. Il fait très chaud.
Après une petite sieste, nous prenons un taxi pour la frontière pakistanaise, à 30km au nord-ouest d’Amritsar (une heure de route). Cette frontière, tracé en 1947 au moment de la Partition de l’Empire des Indes en deux États indépendants, a une signification importante: elle coupe en deux le Punjab historique, terre natale des Sikhs. En 1947, plus de 10 millions de personnes l’ont traversé dans un sens ou dans l’autre, et au moins 500.000 se sont fait massacré lors de violences communautaires. Pourtant la cérémonie à laquelle nous allons assister est des choses les plus folles que j’ai jamais vu. Pour accéder à la frontière, il faut marcher environ dix minutes et traverser un contrôle de sécurité (deux files: une pour hommes, une pour femmes). Les étrangers et les VIP passent par une entrée spécifique (pas besoin de montrer son passeport, la couleur de la peau suffit), qui n’est pas dénuée non plus de bousculades… La frontière est matérialisée par un portail en fer, peints aux couleurs nationales de chaque pays. De chaque côté, une porte monumentale marque l’entrée dans le pays: plutôt sobre côté indien, elle est noire et ornée du portrait de Jinnah côté pakistanais. Autour de chaque porte sont installées des tribunes. Au Pakistan, elles ne sont qu’à moitié remplies, les hommes et les femmes disposent chacune de la leur. En Inde, elles sont pleines à craquer, hommes et femmes sont mélangés. Des gardes à l’uniforme beige rehaussé d’une ceinture et d’une coiffe or et rouge nous installe tout en bas des tribunes, sur le trottoir. Il fait très chaud, le sol est brulant et il y a énormément de monde. Pendant de longues minutes, la foule est galvanisée par la musique: des gens dansent au milieu de la route et agitent des drapeaux indiens. Puis, un peu avant six heures ils regagnent les tribunes et le cérémonie à proprement dite commence. Pendant près d’une demi heure, les gardes gesticulent de chaque côté de la barrière qu’on a rouverte. Les garde pakistanais ont le même uniforme que les Indiens mais noir. Le public est galvanisé par un animateur qui nous fait crier « Hindustan zindabad!« . Puis les gens se lèvent, les drapeaux sont rabaissés, la barrière refermée. Fin de la cérémonie, nous regagnons tant bien que mal notre taxi au milieu de la foule et des vendeurs de cartes postales.
Retour à Amritsar pour un dîner à Domino’s Pizza (dose de Western food hebdomadaire… quoique même Domino’s est veg!), puis nous retournons au Temple d’Or. Tout simplement magnifique: le Temple, éclairé, brille de mille feux au milieu de l’eau noire. Il fait frais, nous nous asseyons au bord du bassin. Vers 10h45, on retire le Livre saint du Temple où il sera redéposé le lendemain matin. Nous en profitons pour traverser le pont, beaucoup plus vide: il reste quelques personnes dans le Temple en train de prier ou d’étudier, mais la majeur partie des gens qui sont là nettoient. Le Temple est tout aussi doré à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Le lendemain, certains ont le courage de se lever à 5h pour admirer le lever de soleil au Temple… pas moi! Réveil vers 8h30, petit-déj au même resto que samedi midi: idly et lassi à la banane. Nous visitons ensuite Jallianwala Bagh, parc dédié aux martyrs morts sous les feux des Britanniques en 1919 (on peut encore y voir les traces laissées par les balles). Il fait vraiment très très chaud et nous passons une petite heure à profiter de la clim’ du Coffee Day, puis nous rentrons vers Adampur.
***
Aujourd’hui ça fait exactement un an que je suis rentré du Canada. Et je ne suis déjà plus en France depuis deux semaines…
Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :